Football Congolais : Quand le collectif des présidents des clubs de Ligue 2, soutenait la réélection de Mayolas !

Il y a pratiquement un an, alors que la réélection de Jean Guy Balsie MAYOLAS, candidat unique à sa propre succession, faisait couler beaucoup d’encre et de salive, le Collectif des Présidents des Clubs de Ligue 2, s’était empressé de mener une campagne sur les réseaux sociaux, dans les médias traditionnels, pour soutenir la candidature du président sortant. Aujourd’hui, ces mêmes présidents, se retrouvent en difficulté financière et se plaignent du manque de soutien du même MAYOLAS. Le paradoxe, du football congolais.

Aujourd’hui, ils n’ont que leurs yeux pour pleurer, car les difficultés visant à assurer les charges financières de leurs clubs durant cette saison, sont importantes. Les présidents du collectif des Clubs de Ligue 2, ayant soutenu mordicus Jean Guy Blaise MAYOLAS, durant sa réélection de septembre font face à la réalité du mensonge des candidats lors des élections en vue de conquérir l’électorat.

En effet, lors de sa compagne de réélection, alors qu’il se savait en difficulté face à l’opposition, mais aussi au ministère des sports, qui ne souhaitait pas le revoir briguer un nouveau cycle quadriennal à la tête de la Fédération Congolaise de Football, Jean Guy Blaise avait corrompu quelques présidents des clubs de Ligue moyennant quelques billets de FCFA, tout en leur promettant de faire le nécessaire pour les soutenir financièrement durant la saison sportive.

Cependant, respecter ses promesses et sa parole donnée, ne semblent pas être le fort de Jean Guy Mayolas. En plus d’afficher son amateurisme et ses insuffisants dans les gestions de la FECOFOOT, l’actuel homme fort du 02 rue de la Liberté de Paris, semble oublié, ceux qui font contribuer à la réélection.

Les clubs de Ligue 2 ont la dalle.  

D’après certaines indiscrétions, les Clubs de Ligue 2 n’y arrivent et ont du mal à tenir financièrement, au vu des nombreuses charges qui leur incombent. Primes de matchs, nutrition, déplacement, défraiements pour le staff technique, les charges sont lourdes et MAYOLAS qui leur avait promis monts et merveilles, se la coule douce avec les millions de la FIFA et la CAF, sans rien s’exiger ou s’imposer. Comment espérer avoir les meilleurs talents, quand les conditions ne sont pas réunies ?

Que les présidents des clubs, prennent leurs responsabilités et demandent à l’homme du 02 rue de la Liberté de Paris, de se mettre au travail. Il suffit de voir, comment fonctionne les autres et de copier, point besoin d’inventer quoi que ce soit. Ailleurs aussi, il y a des détournements des subventions, mais le travail prime d’abord avant les intérêts personnels.